Blog

Confinement et reconfinement

Premier confinement mi-mars : les sorties sont strictement encadrées, tous les rideaux sont baissés, la vie économique et sociale est au point mort, les enfants sont gardés à la maison durant des mois. La devise « Infléchir la courbe ! » porte ses fruits, les chiffres du COVID-19 stagnent puis reculent. Enfin c’est la trêve estivale, on reprend peu à peu notre souffle, tout revient lentement à la vie, les relations sociales reprennent doucement, on retrouve collègues et amis, on part en vacances…

Début septembre c’est la rentrée des classes, le début de l’automne, les températures chutent, et – comme prévu – les cas de COVID-19 explosent. Le traçage de la chaine de transmission n’est plus possible dans 75 % des cas. Début novembre, second confinement : un confinement partiel… Les écoles, crèches, centres de formations, magasins et frontières restent ouverts. Porter un masque sur le nez et la bouche, respecter la distanciation sociale, se désinfecter les mains, se saluer avec le coude, on sait faire maintenant ! Et on s’y conforme pour se protéger soi-même et les autres. Il n’y a pas de rupture de papier toilette et les recommandations sanitaires sont strictement observées – y compris dans la routine professionnelle, lorsque l’on reçoit des clients au bureau ou en mission d’interprétation. Dans notre quotidien, le COVID-19 continue d’occuper le devant de la scène, reste à le gérer de manière rationnelle tant sur le plan professionnel que sur le plan personnel et émotionnel.

Elections américaines 2020
En parallèle se déroule le thriller des élections présidentielles 2020 aux Etats-Unis. Les Républicains mènent la danse, puis le vent tourne et le tandem Joe Biden – Kamala Harris les rattrape grâce aux voix de millions d’électeurs par correspondance. L’objectif est à portée de main, mais on attend que toutes les voix soient enfin comptabilisées pour crier victoire. Quatre jours après l’élection, les voix sont comptées à 98, 99 ou 100 % dans les différents Etats, à l’exception du Nevada et de l’Arizona où le comptage atteint respectivement 87 et 90 %. De notre côté de l’Atlantique, cela paraît incompréhensible.

Distanciation sociale, masques & Cie.
Le COVID-19 nous tient lui-aussi en haleine. Tous s’efforcent de respecter les recommandations sanitaires et de limiter les contacts sociaux dans la sphère professionnelle comme privée. Outre les enjeux économiques, il faut encore prendre garde à la solitude et aux séquelles psychologiques. Et porter une attention redoublée aux personnes vulnérables. Les plus introvertis d’entre nous s’arrangent bien des nouvelles règles alors que les plus sociables souffrent passablement de cette retraite forcée. En tant que traducteurs et interprètes indépendants, nous sommes confrontés à un risque de transmission accru car nous rencontrons des personnes extérieures. En temps normal, c’est ce qui fait le sel de notre métier. Réunir des gens d’origines diverses à travers des missions d’interprétation ou des traductions écrites, créer du lien entre des mondes qui diffèrent de par la culture, l’économie ou le droit, voilà ce qui nous pousse. C’est ce qui relève, voir qui pimente notre pain quotidien.

Présentiel ? Non ! Distanciel ? Oui !
Avec ce second confinement, les manifestations et rendez-vous doivent encore une fois être ajournés. Certains seront décalés, d’autres se feront en ligne. Zoom, Jitsi Meet, GoTo Meeting, Skype, MS Teams, nous les avons tous essayés ! De nombreux séminaires et conférences sont désormais organisés en ligne ou sous forme d’évènement hybride. Les possibilités sont pléthores, même si le transfert de connaissances, le réseautage et l’équilibre vie professionnelle – vie privée en pâtissent fortement.

Formation continue et période de crise
La formation continue est un atout. Tout spécialement en temps de crise. Les traducteurs et interprètes sont curieux par nature, sinon ils n’auraient pas choisi ce métier. Ils sont désireux, ils ont besoin de se former en continu pour se tenir à la page. Au fait de la jurisprudence et des sciences. A la pointe dans les domaines de l’intelligence artificielle, la durabilité, l’électromobilité, la protection du climat et naturellement de la recherche en matière de pandémie et de virus. Pour offrir à leurs clients, et plus encore dans les sujets d’actualité, des traductions pertinentes, cohérentes et fiables.

Traduction professionnelle
Ces derniers temps, de nombreux clients recourent aux outils de traduction automatique. Dans certains cas concrets, ils peuvent parfois se révéler utiles pour permettre une communication spontanée et atteindre l’objectif visé. Mais dans de nombreux domaines, la traduction automatique ne constitue, pas en soi, un bon outil. Notamment lorsqu’il s’agit de mener des campagnes publicitaires ou des procédures judiciaires, de préparer des entrées sur le marché ou des lancements de produit ou encore de déposer des brevets ou de faire valoir ses droits. Naturellement, les traducteurs professionnels utilisent dans leur travail les possibilités offertes par la traduction automatique neuronale (NMT) et recourent à des mémoires de traductions (TM) personnelles ou proposées par d’autres sociétés pour fournir à leurs clients des traductions pertinentes dans de brefs délais. Par pertinentes, on entend avec un vocabulaire et un niveau de langue précis et cohérents, dans un style clair et compréhensible immédiatement. Par de brefs délais, on entend « idéalement hier », en tous cas beaucoup plus rapidement que l’ère de la machine à écrire ne l’aurait permis, mais pas en un simple clic !

Google Translate, Deepl & Cie.
Les moteurs de traduction en ligne gratuits rendent de menus services au quotidien, mais dès lors que le sujet est d’importance, tournez-vous vers un traducteur ou un interprète professionnel. Vous garantissez ainsi que votre cause sera entendue par sa cible et dans son pays de destination, que votre travail et vos produits seront appréciés à leur juste valeur, que vos intérêts seront respectés, et que vous pourrez vendre vos prestations à un prix cohérent. Dans tous ces cas, le coût d’une traduction est vite rentabilisé.

Traductrice assermentée pour le français
Vous avez besoin d’une traduction en français ou d’une mission d’interprétation français – allemand – français ? Vous êtes à la bonne adresse ! Je suis officiellement habilitée et assermentée, spécialisée dans la traduction de textes juridiques et marketing. Pour toutes vos traductions dans d’autres langues je me ferai un plaisir de vous recommander une collègue de mon réseau. Vous trouverez également des collègues compétentes dans la région de Munich et de langue maternelle allemande ou française sur la page französisch-übersetzer-münchen.de. Vous y retrouverez naturellement mon propre profil.

Prenez soin de vous !

Karin Heese

Cela pourrait également vous intéresser

Pas d'autre contenu disponible.

Menu